Diplômé de l’Université d’Arts de Tokyo en 1960, Susumu Shingu part étudier la peinture à l’huile à l’Académie des Beaux-Arts de Rome entre 1960 et 1962.

A la fois peintre, sculpteur, chercheur et philosophe de la nature, l’artiste s’oriente peu à peu vers la sculpture et le mouvement. Sculpteur du vent, de l’eau et de la gravité, Susumu Shingu emprunte aux hautes technologies et aux talents de son époque pour créer des œuvres en harmonie avec les rythmes secrets de la planète. Il a ainsi régulièrement collaboré avec des artistes aussi prestigieux que Renzo Piano, Tadao Ando, Issey Miyake, Jiři Kilián…

Entièrement soumises aux forces de la nature, ses sculptures, souvent monumentales, ont été installées dans le monde entier au cours des 40 dernières années. La Caravane du Vent, créée en 2000, a fait voyager 21 sculptures en 6 endroits les plus isolés de la planète, réputés pour leurs climats extrêmes et venteux. Le grand Œuvre de Susumu Shingu, Breathing Earth, est la création d’un village utopique autosuffisant, qui vivrait à partir des énergies naturelles du vent, de l’eau et du soleil.

Une première exposition, « Sculptures du respir », lui est consacrée à la galerie en 2006, suivie de « Planet of Wind and Water » en 2009 et « Au-delà du temps » en 2012. Le 21 juin 2014, le « Susumu Shingu Wind Museum » est inauguré dans le Parc Arimafuji de Sanda, près d’Osaka au Japon : inauguré par Tadao Ando, ce musée à ciel accueille 12 sculptures mobiles de Susumu Shingu. Une rétrospective de son œuvre se tient à Kobé au même moment, itinérante en 2016 dans plusieurs musées du Japon.

En 2015, une œuvre de Susumu Shingu est présentée lors de l’exposition « Quinte-Essence », qui célèbre les 90 années d’activité de la galerie, ainsi qu’au Grand Palais lors de la FIAC.

En 2017, Susumu Shingu est exposé au Château de Gaasbeek à l’occasion de l’exposition collective Château Kairos, en Belgique. Il est également présenté au sein de l’exposition « De nature en sculpture » à la Fondation Villa Datris à L’Isle-sur-la-Sorgues (France). Une sculpture de Susumu Shingu est également présentée lors de l’exposition « Passion de l’Art – Galerie Jeanne Bucher Jaeger depuis 1925 », première rétrospective consacrée à la galerie, au Musée Granet d’Aix-en-Provence. Susumu Shingu est exposé à la Fondation Árpád Szenes-Vieira da Silva à Lisbonne au Portugal, lors de l’exposition « Artes e Letras : as edições da Galeria Jeanne Bucher Jaeger », dédiée à l’importante activité éditoriale de la galerie depuis 1925 à aujourd’hui.
La galerie présente les œuvres de Susumu Shingu lors des expositions « Corps et Ames » et « Chuchotements de la Terre ».
Trois sculptures de l’artiste sont installées au Centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos d’Athènes, conçu par Renzo Piano.

En 2018, le MUDAM (Luxembourg) lui consacre une exposition personnelle intitulée Spaceship. Parallèlement à cette exposition, la galerie met également Susumu Shingu en lumière en présentant une exposition personnelle intitulée Cosmos et présente une œuvre au sein de l’exposition « Dessins de Sculpteurs ».

www.susumushingu.com

Susumu Shingu, Legend of Flight (étude), 2012
Encre sur papier
24 × 27,2 cm
Photographie de Jean-Louis Losi
Susumu Shingu, Night Flight, 2012
Édition de 5
Acier inoxydable, aluminium et polyester
172 × Ø 132 cm
Photographie d’Hervé Abbadie
Susumu Shingu, Snow-Flower, 2010
Acier inoxydable, aluminium et polyester
250 × Ø 200 cm
Photographie d’Hervé Abbadie
Susumu Shingu, Moon Boat, 2009
Fibre de carbonne, aluminium, acier inoxydable et polyester
186 × 136 cm
Susumu Shingu, Small Banquet, 2012
Peinture acrylique sur papier
92 × 92 cm
Photographie de Jean-Louis Losi
Susumu Shingu, Secret Door, 2012
Collage et acrylique sur papier
31,9 × 31,6 cm
Photographie de Jean-Louis Losi
Susumu Shingu, Floating Town, 2012
Acier inoxydable, aluminium et polyester
135 × 230 × 270 cm
Photographie d’Hervé Abbadie
Susumu Shingu, Breathing Earth, 2009
Acrylique et encre sur papier
95 × 114 cm
Photographie de Jean-Louis Losi