Diplômé de l’Académie des beaux-arts de Guangshou et formé auprès des grands maîtres taoïstes, Yang Jiechang manie le pinceau depuis l’âge de 3 ans. Initié à la calligraphie et à la peinture chinoise traditionnelle, l’artiste est invité à se rendre à Paris afin d’y exposer ses œuvres dans l’exposition mythique du Centre Pompidou en 1989, « Les Magiciens de la Terre ». Cette invitation change le cours de sa vie et il décide de s’installer définitivement en France. La série d’œuvres exposée, Cent couches d’encre, sera développée par l’artiste jusqu’au début des années 2000. Elle s’identifie par l’emploi en épaisseur de couches successives d’encre traditionnelle, obtenue par distillation de charbon de bois de cyprès, de différentes huiles essentielles, résines et extraits de plantes médicinales ; le traitement précis du papier de riz et des bandes de gaze permet à l’artiste de fixer la matière en épaisseur, par la répétition, et de jouer à la fois du relief et de la brillance sur fond mat. Devenues figuratives, ses peintures récentes sur soie de style Gong-bi maintiennent la technique de l’artiste bien maîtrisée consistant à tenir son minuscule pinceau dans un axe parfaitement vertical au support, afin d’y impulser dans l’instant un trait clair, prononcé et pointu. L’usage de la céramique ou de la sculpture dans l’œuvre Underground Flowers, 1989-2009 est une extension calligraphique, sur un nouveau support, de ce que l’artiste ne peut réaliser en peinture. Composée de 2009 os en porcelaine de la Dynastie Ming (1368-1644) présentés dans des caissons en bois, elle incarne une réflexion sur le temps et les bouleversements politiques mondiaux surgis entre 1989 et 2009. Initialement créée pour la Biennale de Lyon, l’installation est exposée en 2015 lors de « La Chine Ardente » à Mons (Belgique), au Muséum d’Histoire Naturelle (Hors les Murs FIAC 2015) et à la galerie au sein de « Quinte-Essence, air – eau – terre – feu – éther » en 2015.

En 2016, à l’occasion du 60ème anniversaire de Yang Jiechang, une exposition intitulée « Sur la Terre come au Ciel » s’est tenue à la galerie présentant une vingtaine d’œuvres de l’artiste, issues de différentes périodes de sa création.

 

www.yangjiechang.com

Yang Jiechang, Tale of the 11th Day - Blue I, 2011
Encre et couleurs minérales sur soie marouflées sur papier et toile
80 × 150 cm
Photographie de David Bordes
Yang Jiechang, St Arbre - Feu Blanc, 2009-2010
Encre et couleurs minérales sur soie marouflée sur toile
87 × 153 cm
Yang Jiechang, Tale of the 11th day, panneau n° 6, 2011
8 panneaux
Encre et couleurs minérales sur soie marouflée sur toile et papier
148 × 1800 cm
Photographie de David Bordes
Yang Jiechang, Clouds above Nagasaki, 2005
Couleurs minérales et encre sur soie marouflée sur toile
218 × 90 cm
Yang Jiechang, Underground Flowers, 1989-2009
2009 os en porcelaine à décors bleus Ming placés dans 270 boîtes en bois rangées dans des étagères en bois
Dimensions variables
Yang Jiechang, Underground Flowers, 1989-2009
détail

2009 os en porcelaine à décors bleus Ming placés dans 270 boîtes en bois rangées dans des étagères en bois
Dimensions variables
Yang Jiechang, 100 Layers of ink, 1990
Encre de Chine et matières médicinales sur papier de riz
243 × 125 cm
Photographie de Jean-Louis Losi
Yang Jiechang, My teachers, 2002
Encre de Chine et lavis sur papier Xuan et papier de Corée
103,5 × 103 cm
Photographie de Jean-Louis Losi
Yang Jiechang, Composition XXXIV, 1990
Encre de Chine et matières végétales sur papier de riz
68 × 68 cm
Photographie de Jean-Louis Losi
Yang Jiechang, Ladder of knives, 1996
Acrylique et encre sur papier
190 × 190 × 4 cm
Photographie de Jean-Louis Losi
Yang Jiechang, Sans titre, 1995
Encre de Chine sur papier de riz sur papier de Corée monté à l’ancienne sur bois
92,3 × 73,5 cm
Photographie de Jean-Louis Losi