10.09.2022 — 19.11.2022

Jean Dubuffet

Le Cours des Choses

Espace Marais

Cette exposition, dont l’inauguration était initialement prévue le 5 février 2022, a été déplacée suite au décès récent de Jean-François Jaeger le 26 décembre 2021, et modifiée afin de lui être dédiée en hommage.

Je ne possède pas, j’appartiens était son leitmotiv exprimé tout au long de l’exercice de son métier de galeriste, vécu telle une profession de foi. Avec une dévotion et une intégrité rares, il a su perpétuer, durant plus de 66 années, l’esprit de rigueur insufflé par Jeanne Bucher tout en suivant le fil artistique de créateurs hors du commun et en œuvrant passionnément à leur promotion. La liste est longue tant son action est prolifique au sein de la galerie et dans les musées internationaux pour soutenir les artistes piliers promus et pour lesquels son expertise a été reconnue : Maria Helena Vieira da Silva et Arpad Szenes, Nicolas de Staël, Hans Reichel, Bissière, Mark Tobey, Jean Dubuffet, Asger Jorn, Louis Nallard, Fermin Aguayo, Wilfrid Moser…

Du 10 septembre au 19 novembre, la galerie présentera une sélection d’œuvres de Jean Dubuffet (1901-1985) : peintures, sculptures, dessins et éditions sérigraphiques des différents cycles de l’artiste, des années 50 à 1985, incluant les cycles de L’Hourloupe aux Non-lieux, en passant par les Mires et les Psycho-sites.

Les œuvres sur papier privilégiées au sein de notre exposition, et notamment le dessin, n’ont jamais été considérées par Jean Dubuffet comme esquisses préalables. Le dessin permet, en accompagnant chacune des séries, une approche libérée de l’artiste : que ce soit dans ses déambulations mentales transcrites au crayon à bille, comme dans les dessins du Cycle de L’Hourloupe (62-74), rapidement exécutés alors qu’il est au téléphone ou encore la série des Crayonnages (74), réalisés à l’aide de simples crayons de couleurs, ou encore les Récits et Conjonctures (75), comportant des éléments découpés et/ou collés ; il y a également ses Sites aux figurines jusqu’aux illustrations de son livre Bonpiet beau neuille, ou encore ses Mires et ses Non-Lieux, dernière série de l’artiste avec ses Activations, exécutées quelques semaines avant la mort de Dubuffet en 1985. Une façon de suivre Jean Dubuffet et son immense créativité, le stylo à la main.

Cette exposition se tient alors que se déroule la rétrospective à la Fondation Gianadda consacrée à Jean Dubuffet, en Suisse, en collaboration avec le Centre Pompidou à Paris, du 3 décembre 2021 au 6 juin 2022.

Les premiers contacts de Jean Dubuffet avec la galerie Jeanne Bucher datent de 1931, il y a 90 ans.

Visitant l’exposition Marcoussis rue du Cherche-Midi, le jeune Dubuffet, tout juste trentenaire, alors à la recherche d’une galerie, signe le livre d’or d’une phrase prémonitoire : Nous finirons bien par nous rencontrer quelque part un jour. Malgré le fait qu’elle lui reconnaisse quelque talent, Jeanne Bucher n’exposera jamais l’artiste havrais.
Ce n’est que 30 ans plus tard, alors que Daniel Cordier, qui représente Dubuffet, met un terme à son activité de galeriste, que la phrase de Dubuffet prendra toute sa signification.

Jean Planque, mandaté par Ernst Beyeler pour trouver, à travers le monde, des chefs-d’œuvre contribuant à enrichir sa galerie bâloise, avait alors convaincu Dubuffet, dont la renommée était déjà établie, que la galerie Jeanne Bucher pouvait, en association avec la galerie suisse, pleinement assurer la représentation de son œuvre à Paris.
S’inscrivant dans la continuité de l’exposition controversée de L’Hourloupe au Palazzo Grassi à Venise pendant l’été 1964, la première présentation de l’artiste à la galerie, célébrée sans vernissage, se tient le 8 décembre 1964.

Jean-François Jaeger, Directeur de la galerie à peine déménagée rue de Seine, se remémore sa première entrevue avec Jean Dubuffet qu’il avait soigneusement préparée afin de se montrer digne de la confiance de l’artiste. Au bout de quelques phrases, Jean Dubuffet l’interrompit en ces termes : Ce n’est pas la peine d’essayer de m’expliquer ce que j’essaie de faire, je ne sais pas moi-même actuellement ce que cela signifie.

C’est ainsi que débute, en 1964, une longue et passionnante collaboration, forte de près d’une vingtaine d’expositions monographiques à la galerie et d’innombrables collaborations avec des institutions internationales, sous l’impulsion de Jean-François Jaeger qui a travaillé directement avec Jean Dubuffet toutes ces années et œuvré plus de 40 années à la promotion de son œuvre, rejoint par Frédéric Jaeger entre 2003 et 2010, par Véronique Jaeger, depuis 2004, Présidente de la galerie ainsi que son frère Emmanuel Jaeger, Directeur de la galerie depuis 2015.

Tant d’anecdotes ponctuent cette histoire au long cours entre la galerie et l’artiste, en voici quelques-unes révélées par Jean-François Jaeger :

Pour l’exposition Fiston la Filoche, Peintures Monumentées de 1968-1969, pari et plaisir furent pris par le galeriste de proposer une mise en scène audacieuse des œuvres, afin de surprendre l’artiste. Jean-François Jaeger raconte : Nous guettions son arrivée. Dès la porte ouverte, il resta saisi et pantois, fit un tour de la salle et enfin, eut un moment de satisfaction qui valait tous les satisfécits du monde.

Après l’exposition du Cycle de l’Hourloupe à la galerie fin 1971, Jean-François
Jaeger est invité, en 1973, par les éditions de l’Herne, à écrire un texte
sur l’artiste, texte dont l’audace et l’inventivité feront date. En hommage à
l’artiste et au galeriste, cet Extrait du rapport de l’ethnologue Jenafosicran Egreja – de la planète Logolus, en mission d’étude sur la Terre en avril 2070, est joint en annexe à ce communiqué.

Pour faire face à la créativité explosive et sans limites de Dubuffet, de nouveaux défis s’imposent pour la galerie comme la création, dès la fin des années 1960, de la société Vacuart à Ivry sur Seine, conceptualisée par un ami de Dubuffet, l’artiste Gérard Singer, avec l’aide d’un spécialiste de l’Institut National Géographique. Grâce à la technologie innovante d’une presse de thermoformage sous vide, de nombreuses éditions sérigraphiques exceptionnelles de l’artiste comme ce Personnage mi- corps verront le jour.

De même, unique cadeau de Jean Dubuffet à Jean-François Jaeger, l’œuvre Autoportrait V du 1er décembre 1966, est la réponse, simple et directe, de l’artiste au jeune galeriste qui lui avait dit : Je ne peux tout de même pas me payer votre tête… Jean Dubuffet n’a réalisé que 6 autoportraits offerts à quelques proches dont Max Loreau, l’auteur de son Catalogue Raisonné et Jean-François Jaeger, son galeriste français.

 

Cette exposition-hommage est préparée par Véronique Jaeger et Emmanuel Jaeger en souvenir de l’audace artistique dont a fait preuve Jean-François Jaeger alors qu’il exposait l’Hourloupe à la galerie dès 1964.

 

Expositions monographiques de Jean Dubuffet à la galerie

L’Hourloupe – 8 décembre 1964 à fin janvier 1965

Nunc Stans, Epokhé (Cycle de l’Hourloupe) – 7 avril au 30 avril 1966

Ustensiles, demeures, escaliers (Cycle de l’Hourloupe) – juin à juillet 1967

Fiston la Filoche, Peintures Monumentées (Cycle de l’Hourloupe) – 12 décembre 1968 au 8 février 1969

Cycle de l’Hourloupe – 13 octobre au 13 novembre 1971

Psycho-sites – 9 novembre au 20 décembre 1982

Le cours des choses – FIAC 1984

Mires – octobre à décembre 1984

Œuvres de 1953 à 1984, appartenant à la Fondation Jean Dubuffet – 12 au 30 mai 1986

Non-lieux 17 peintures et 11 dessins – 30 septembre au 7 novembre 1987

Paysages du mental – 31 mai au 20 juillet 1989

Dans la perspective du Deviseur : Psycho-sites, Mires, Non-Lieux – 31 mai au 12 juillet 1991

L’Hourloupe ou la Foire aux mirages : dessins, peintures et sculptures – ArtParis 2006 puis à la galerie du 23 mars au 29 avril 2006

Plaidoyer pour un Non-lieu – FIAC 2007

Cent dessins de Jean Dubuffet, de 1964 à 1985 – 19 mars au 30 avril 2009

Attractions terrestres, de 1943-1960 – 15 octobre au 28 novembre 2009

Matière et Mémoire, la Demeure du Patriarche, Jean Dubuffet – 19 novembre 2013 au 25 janvier 2014

informations pratiques

Espace Marais

5 rue de Saintonge
75 003 Paris – France
T +33 1 42 72 60 42
F +33 1 42 72 60 49
info@jeannebucherjaeger.com

horaires d’ouverture

Du mardi au vendredi
de 10 h à 19 h
Le samedi de 11 h à 19 h