Hanns Schimansky, Sans titre, 2007
Pliage, graphite et encre de Chine sur papier préparé
54,5 × 74,7 cm
Photographie de Bernd Kuhnert
Hanns Schimansky, Sans titre, 2009
Graphite sur papier
28 × 38,5 cm
Photographie de Bernd Kuhnert
Hanns Schimansky, Sans titre, 2009
Encre de Chine sur papier
50,2 × 64,6 cm
Photographie de Bernd Kuhnert
Hanns Schimansky, Sans titre, 2011
Pliage, encre et gouache sur papier
32,5 × 40,5 cm
Photographie de Bernd Kuhnert
Hanns Schimansky, Sans titre, 2013
Encre sur papier préparé et plié
38 × 46,5 cm
Photographie de Bernd Kuhnert

Ingénieur agronome de formation, Hanns Schimansky décide de se consacrer exclusivement à l’art et plus spécifiquement au dessin à partir de 1979. Il propose dans ses dessins scripturés de vivre le rythme du monde en captant et en prolongeant l’intensité insaisissable de l’instant, en convoquant le hasard et en le provoquant, opposant ainsi un ralentissement délibéré à la vitesse vertigineuse de notre monde médiatique. Les formes géométriques ou encore l’entrelacs des lignes, accentués par les pliages du papier, créent une écriture énergique propre à Schimansky. Ses dessins sont emplis de mouvements, comme des vagues ou des souffles qui enivrent. L’œuvre de Hanns Schimansky, exposée à deux reprises à la galerie en 2010 et en 2014, est à la fois composée de sonorités et de silences. Les bruissements du papier plié et déplié, la plume qui gratte, le point répété avec précision, le trait qui glisse selon des rythmes toujours variables sont autant de sons qui constituent l’harmonie des dessins de l’artiste.

Hanns Schimansky a exposé en Europe au Gemeentemuseum de La Haye, à la Staatliche Kunsthalle de Karlsruhe, ainsi qu’au Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel en Suisse. Son œuvre figure dans les collections publiques du Musée national d’art contemporain à Oslo, de la Berlinische Galerie, du Musée National d’art contemporain à Berlin et du Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel.