Miguel Branco étudie à la Faculté des Beaux-Arts de Lisbonne et dirige depuis 1994 le Département Peinture du Centre d’Art et de Communication Visuelle de Lisbonne, Ar.Co.

Que ce soit à travers ses peintures ou ses sculptures, Miguel Branco a toujours travaillé à partir d’images puisées dans l’histoire de l’art. À travers cette évocation, l’artiste s’attache à faire cohabiter dans chacune de ses œuvres des espaces géographiques et temporels variés. Avec à la fois une connaissance et une distance infinie, il hypertrophie sa peinture afin de nous faire revoir la grandeur de ses maîtres (Watteau, Chardin, Fragonard, Goya, Velázquez, Bellini, Stubbs, Hogarth, Teniers…) tout comme il nous fait voyager, dans ses sculptures, au cœur de civilisations telles que l’Egypte ou l’Inde, créant ainsi une dramaturgie où la sensation de l’œuvre est de réincarner une essence à la fois présente et absente, un invisible qui nous dépasse, et pourtant, un processus intrinsèque à l’œuvre elle-même. Qu’elle soit animale, humanoïde, objet, lieu, crâne, scribe ou encore papillon, son œuvre se caractérise par la présence constante d’un dispositif scénique : quelque chose d’impalpable ou quelqu’un en est le protagoniste.

La galerie organise la première exposition de l’artiste en 2012, intitulée « Deserto ». Son œuvre est présente au sein d’institutions internationales tels le MUDAM au Luxembourg, le CAM — Centre d’Art Moderne de la Fondation Calouste Gulbenkian à Lisbonne ou encore la Fondation Serralves à Porto. En 2015, le Musée de Schloss Ambras (Innsbruck) lui consacre une importante exposition personnelle. En 2016, la galerie présente sa seconde exposition personnelle intitulée « SPECTRES – On Birds, Skulls and Drones », conçue en dialogue avec l’exposition « Black Deer – Résonances, Enlèvements, Interférences » au Musée de la Chasse et de la Nature à Paris.

 

www.miguelbranco.com

Miguel Branco, Sans titre (Terra) n° 88, 2014
Aquarelle, graphite, gesso et craie blanche sur papier Saunders avec lavis gris
40 × 66 cm
Photographie de Jean-Louis Losi
Miguel Branco, Sans titre (On Food) n° 3, 2013
Aquarelle, fusain et graphite sur papier Waterford avec lavis gris
29,5 × 20,5 cm
Photographie de Federico NS
Exposition personnelle « BLACK DEER - RÉSONANCES, ENLÈVEMENTS, INTERFÉRENCES », Miguel Branco, 2016
Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, France
Photographie de Georges Poncet
Miguel Branco, Sans titre (Mountain), 2015
Huile sur bois
9,4 × 10,5 cm
Photographie de Federico NS
Miguel Branco, Sans titre (Pelicans), 2015
Huile sur bois
9,4 × 10,5 cm
Photographie de Frederico NS
Miguel Branco
Musée de la Chasse et de la Nature, 2016
Photographie de Georges Poncet
Miguel Branco, Sans titre (Desert) n° 2, 2011
Image numérique, impression jet d'encre sur papier coton
112 × 181 cm
Exposition personnelle « BLACK DEER - RÉSONANCES, ENLÈVEMENTS, INTERFÉRENCES », Miguel Branco, 2016
Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, France
Photographie de Georges Poncet
Miguel Branco, Sans titre (Moine) n° 31, 2011
Bronze
27,8 × 27,1 × 17,8 cm
Photographie de Georges Poncet
Miguel Branco, Sans titre (Moine), 2015
Bois de cèdre
161 × 61 × 51 cm
Photographie de Jean-Louis Losi
Exposition personnelle « Black Deer Résonances, Enlèvements, Interférences », 2016
Musée de la Chasse et de la Nature, Paris
Photographie de Georges Poncet
Miguel Branco, Sans titre (Trois ombres, Kafka), 2012
Résine acrylique
Dimensions variables
Photographie de Georges Poncet
Miguel Branco, Sans titre (Scribe), 2012
Musée de la Chasse et de la Nature, 2016
Photographie de Georges Poncet
Exposition personnelle « BLACK DEER - RÉSONANCES, ENLÈVEMENTS, INTERFÉRENCES », Miguel Branco, 2016
Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, France
Photographie de Georges Poncet