Pépiniériste de métier, peintre autodidacte et chef de file des Naïfs, Bauchant fut l’un des artistes les plus défendus par Jeanne Bucher. Ses œuvres, principalement inspirées de la botanique et des scènes mythologiques, entrèrent à partir de 1927, dès ses premières expositions, dans les collections de Serge de Diaghilev, Christian Dior, Peggy Guggenheim et Catesby Jones.

 

expositions à la galerie

Brève incursion en terre de sérénité /
Les peintures du commencement : 1920-1933

3 juin au 10 juillet 1993

Exposition personnelle
20 décembre 1951 au 15 janvier 1952

Pour la parution du livre sur son œuvre
par les éditions du chêne

29 juin au 20 juillet 1943

Exposition André Bauchant
à l’occasion de ses « funérailles d’Alexandre »,
toile peinte pendant l’année 1940

22 avril au 30 mai 1941

Toiles de 1937, 1938 et 1939
4 au 31 juillet 1939

Picasso, Bauchant
juin à juillet 1937

Exposition personnelle d’André Bauchant à la Galerie Vignon
en collaboration avec la Galerie Jeanne Bucher

12 mai au 10 juin 1931

Toiles en vue d’illustrer « Pourquoi les oiseaux chantent »
de Jacques Delamain

28 octobre au 15 novembre 1930

Dernières toiles de Bauchant /
Dessins et gouaches de Fraigneau

14 juin au 2 juillet 1929

André Bauchant à Londres
11 au 28 juillet 1928

75 toiles
5 au 30 juin 1928

Fleurs et paysages
21 décembre 1927 au 6 janvier 1928

André Bauchant, Ulysse réclamant à Circé ses compagnons changés en pourceaux, 1944
Huile sur toile
65 × 98 cm
Photographie de Jean-Louis Losi
André Bauchant, Les funérailles d’Alexandre-le-Grand, 1940
Huile sur toile
114 × 195 cm
Collections de la Tate Gallery, Londres © ADAGP, Paris et DACS, London, 2016