25.10.2014 — 02.02.2015

Ah Que la Guerre est Cubiste !

Fernand Léger et la Grande Guerre

Fernand Léger

Musée National Fernand Léger, Biot

En août 1914, le peintre cubiste Fernand Léger reçoit un ordre de mobilisation. C’est la guerre, le début d’une sale guerre qui va se prolonger quatre ans. Arraché à sa vie parisienne parmi les peintres d’avant-garde, Léger se trouve, comme des millions de soldats, piégé et confronté aux horreurs d’un conflit qui, au fil des mois, prend une dimension industrielle.

L’exposition « Ah Que la Guerre est Cubiste ! » Fernand Léger et la Grande Guerre revient sur le parcours de l’artiste pendant les trois années qu’il a passées au front, d’abord comme sapeur puis comme brancardier. Peintures et dessins en grisaille, évoquent la mobilisation, les longs mois passés dans l’Argonne, puis à Verdun. L’intimité de ses pensées et de ses sentiments sera dévoilée dans un « Salon d’écoute » où sont lues les lettres qu’il adresse à ses proches : parfois terrifié, souvent rageur ou désespéré, il est aussi enthousiasmé par la beauté mécanique de l’artillerie, et profondément admiratif de ses camarades de tranchées.

La dernière salle, consacrée aux peintures mécaniques des années vingt, montre après la guerre une rupture esthétique dans l’œuvre de Fernand Léger.

Musée Nationel Fernand Léger

255, chemin du Val de Pôme
06 410 Biot − France
T +33 (0)4 92 91 50 30

www.musees-nationaux-alpesmaritimes.fr

Fernand Léger, La Rue Mazel ou Verdun, la ville, 1916
Encre sur papier
29,5 × 19 cm